Les 8 formes d’innovation

Les 8 formes d' innovationDans le cadre de ma pratique, j’ai remarqué que l’innovation prenait 8 formes principales.

J’ai choisi d’illustrer ma réflexion et mes propos en représentant ces différentes manières d’innover sous forme de rose des vents.

Comme vous le voyez certaines formes sont représentées à l’opposé des autres.

Explications.

Innovation incrémentale ou innovation de rupture

C’est la première opposition. Elle concerne la manière dont se réalise l’innovation. On entend par innovation incrémentale, l’amélioration continue des services vendus, de l’organisation, du business model. La micro-innovation fait partie de cette manière d’innover. Il n’y a pas de révolution dans le résultat recherché et trouvé. Dans ce cadre, vous vous appuyez sur l’existant pour l’améliorer.

À l’opposé on trouve l’innovation de rupture ou disruption. Cette manière d’innover est le fait de nouveaux entrants sur un marché :

  • Uber sur le marché du déplacement urbain : la société offre une alternative aux taxis ;
  • Airbnb sur le marché de l’hébergement : ici l’alternative concerne les hôtels qui voient arriver sur leur terrain des particuliers qui offrent le même type de service qu’eux : de l’hébergement ;

Dans le cas présent, les nouveaux entrants sur le marché ont une vision totalement différente sur la manière de résoudre un problème.

Le fait de ne pas être spécialiste de la question permet de voir le problème avec plusieurs points de vues différents et d’apporter une solution qu’un spécialiste ne verra pas.

une innovation de rupture change totalement le marchéL’innovation de rupture est plus spectaculaire que l’innovation incrémentale parce qu’elle casse complètement la logique d’évolution lente. Elle est également plus spectaculaire parce qu’elle émane de quelqu’un qui n’a pas, a priori, la légitimité pour répondre au problème posé.  Cet innovateur s’affranchit des règles existantes et des éventuels monopoles existants.

Il va sans dire que les ces innovateurs sont vus d’un très mauvais oeil par les acteurs en place. Ces derniers usent de tous les moyens pour éjecter ces nouveaux arrivants, illégitimes, sur leur pré carré : leur seule idée : faire enterrer le plus vite possible l’innovation. Vous pouvez lire à ce propos le très bon article de Nicolas Colin, les fossoyeurs de l’innovation.

L’innovation de rupture n’est pas non plus bien vue à l’intérieure même de l’entreprise. Elle remet parfois en effet en cause les baronnies en place. N’oubliez pas que beaucoup d’entre nous se méfient du changement et de ce que cela peut leur coûter en terme de perte de pouvoir par exemple. L’innovation et les méthodes qu’elle implique doit être soutenue par le dirigeant sous peine d’être vaine.

Innovation intérieure ou innovation extérieure

Ce type d’innovation oppose l’innovation générée à l’intérieure de l’entreprise à l’innovation trouvée à l’extérieure de la structure.

L’innovation intérieure est le fait notamment des départements recherche et développement qui ont la charge de trouver de nouveaux services à proposer aux clients de l’entreprise. Le processus d’innovation est plutôt proche de l’innovation incrémentale. En effet, rares sont encore les entreprises prêtes à mettre en oeuvre des méthodes comme le Design thinking pour faire participer l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise : salariés, clients, fournisseurs dans l’élaboration de solutions nouvelles totalement innovantes.

impliquez vos clients dans l'innovationL’innovation extérieure concerne en premier lieu la concurrence. Toute entreprise doit savoir ce que fait ses concurrents, notamment en mettant en place une veille concurrentielle. Un cas extrême d’innovation basée sur l’extérieure est la copie servile des services de son concurrent. Vous pensez que la copie servile des services d’un concurrent ne sont qu’une légende ? Regardez ce que fait Facebook avec Snapchat et Twitter. Il semblerait que cette stratégie soit, pour l’instant payante.

L’innovation externe peut concerner en second lieu des entreprises qui ne sont pas concurrentes à la vôtre mais dont vous auriez intérêt à vous inspirer. Un exemple : comment l’hôtel ou vous dormez vous a-t’il reçu et comment reçoit-il ses autres clients ? Demandez vous quelles leçons vous pouvez tirer pour l’accueil dans votre propre entreprise ?

Innovation du service contre innovation du business model

La première forme concerne le service proposé aux clients qui peut être modifié par ajustement ou totalement revu parce que le marché a changé et qu’il s’agit de le suivre.  Vous pouvez également penser à vous créer un marché de toute pièce. Impossible ? Qui sont les concurrents d’Airbnb sur le marché de la location collaborative ? Difficile de répondre sans consulter Google !

L’autre manière opposée à la modification du service concerne le business model : on ne change pas le service proposé mais on change la manière dont il est vendu aux clients. On peut imaginer une nouvelle segmentation du marché ou un passage en freemium : une partie du service est gratuit et une autre est vendue. On peut imaginer passer d’une vente en une seule fois à un abonnement annuel. C’est ce qu’à fait Microsoft avec Office 365.

Les évolutions possibles de business model sont presque aussi grandes que celles concernant l’évolution des services. Un mix des deux est bien sûr possible et il ne faut pas s’en priver. À vous de trouver le bon équilibre en les deux !

Innovation sur le process contre innovation touchant l’organisation

L’innovation ne doit pas seulement être l’affaire du département recherche et développement et ou du marketing. L’innovation doit être l’affaire de l’ensemble des salariés de l’entreprise.

Il faut associer tous les salariés au processus d’innovation. Non seulement les salariés mais également toutes les parties prenantes : clients, fournisseurs, actionnaires, tiers… C’est l’ensemble de ces personnes qui peuvent aider l’entreprise à innover. L’innovation peut concerner l’organisation même de l’entreprise et la manière dont les salariés travaillent en lien les uns avec les autres. Une organisation en silo de l’entreprise est bien sûr un frein à l’innovation. Les uns ne savent pas sur quoi travaillent les autres et les idées ne peuvent pas circuler et profiter à tout le monde.

L’innovation qui touche les process ne concerne quant à elle qu’une fraction de l’organisation. Ce n’est toutefois pas une raison pour ne pas solliciter les différentes parties prenantes et notamment les clients qui peuvent avoir des idées pour améliorer les process de l’entreprise.

Les différentes sources d’innovation peuvent bien sûr se combiner entre elles : on peut imaginer une innovation de rupture concernant un service trouvée à l’extérieur de l’entreprise et imposant de modifier les process de l’entreprise.

L’infographie présentée n’a qu’une valeur didactique.

Comment représenteriez-vous les différentes sources d’innovation ? Sous forme de matrice ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *