Les 8 formes d’innovation

Les 8 formes d' innovationDans le cadre de ma pratique, j’ai remarqué que l’innovation prenait 8 formes principales.

J’ai choisi d’illustrer ma réflexion et mes propos en représentant ces différentes manières d’innover sous forme de rose des vents.

Comme vous le voyez certaines formes sont représentées à l’opposé des autres.

Explications.

Innovation incrémentale ou innovation de rupture

C’est la première opposition. Elle concerne la manière dont se réalise l’innovation. On entend par innovation incrémentale, l’amélioration continue des services vendus, de l’organisation, du business model. La micro-innovation fait partie de cette manière d’innover. Il n’y a pas de révolution dans le résultat recherché et trouvé. Dans ce cadre, vous vous appuyez sur l’existant pour l’améliorer. […]

Comment organiser votre veille concurrentielle ?

Même si vous avez l’impression d’être seul sur votre marché, ce n’est pas le cas ! Ou, si c’est le cas, ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle ! Cela veut dire qu’il n’y a pas de marché ! La veille concurrentielle prend ici toute son importance.

Je ne vais pas vous expliquer ce qu’est la concurrence, 1001 Startup le fait très bien dans un article intitulé “Et si on arrêtait de dire qu’on n’a pas de concurrence !

Je vais vous dire comment organiser votre veille concurrentielle.

Les différents types d’informations disponibles

Parmi l’ensemble des différentes informations que l’on peut trouver, on en distingue habituellement 3 types.

1. Les informations blanches

Ces informations sont celles qui sont publiques, diffusées sur les sites internet de vos concurrents, des chambres de commerce, les blogs d’experts, sur wikipédia

Ces informations sont donc faciles à trouver et à exploiter. […]

Quel risque à porter atteinte à l’ e-réputation d’un concurrent ?

reputation-entreprise

Il peut être très tentant pour une entreprise de communiquer sur la condamnation de l’un de ses concurrents par la justice. C’est une façon peu élégante de porter atteinte à la e-réputation d’un concurrent.

C’est ce à quoi s’est essayé une entreprise.

Mal lui en a pris.

Ainsi, elle a été condamnée par la cour d’appel de Paris en janvier 2016, à verser 100 000 euros de dommages-intérêts à sa concurrente, en réparation du préjudice qu’elle lui avait causé en raison de sa communication mal faite.

Aussi, l’entreprise avait envoyé des e-mails à ses partenaires commerciaux puis communiqué via sa page Facebook et son compte Twitter. Elle y disait en substance que sa concurrente avait été condamnée pour concurrence déloyale. Toutefois, l’entreprise n’avait toutefois pas précisé que sa concurrente avait fait appel du jugement.

En plus, selon la cour d’appel les e-mails diffusés  livraient “de surcroît à cet égard à une interprétation erronée de la décision”.

Ainsi, mal communiquer sur une décision de justice pas encore définitive n’est pas sans risque ! […]