Les trois caractéristiques de l’entreprise de demain – 3ème partie

Une entreprise plus authentique

Nous l’avons vu dans la première partie de cet article que l’entreprise du futur sera centrée sur l’humain. Nous avons vu dans le seconde partie de cet article que cette entreprise sera plus simple et agile. Enfin, nous allons voir que l’authenticité sera la troisième caractéristique des entreprises du futur.

 

 

Une entreprise plus authentique

L’entreprise sera plus authentique dans ses relations avec ses salariés mais aussi avec ses clients.

Une entreprise davantage à l’écoute de ses salariés

L’entreprise devra être d’avantage à l’écoute de ses salariés en tenant compte de l’expérience qu’ils vivent. Ces salariés devront également être plus diverses pour que l’entreprise soit en mesure de s’adapter.

Vers l’avènement d’une réelle expérience salariés

Les critères de choix d’une entreprises par un salarié sont nombreux. Le salaire n’est plus forcément le critère principal. L’environnement de travail, le type de management et les possibilités d’évolution de carrières sont devenus les principaux éléments de choix pour les candidats. Dès lors, le plus gros défi auquel doit faire face une direction des ressources humaines est de proposer un discours authentique, cohérent entre la promesse faite aux candidats et la réalité vécue par les salariés en place.

Pour que le discours soit cohérent, il faut qu’il reflète les valeurs de l’entreprise. Ces valeurs sont centrales. Elles ont une double fonction : attirer les meilleurs candidats et retenir les collaborateurs.
L’enjeu de la marque employeur est de faire comprendre en un simple coup d’oeil, qui est l’entreprise, ce qu’elle fait, comment elle le fait et enfin pourquoi elle le fait. La marque employeur peut faire passer son message au travers la rédaction d’un manifeste reprenant et explicitant ces différents éléments.

Pour que ce manifeste porte totalement ses fruits, il ne doit pas rester une simple déclaration. En d’autres termes, son contenu doit se traduire dans les faits et refléter l’expérience que vivent les salariés en poste.

Une entreprise vraiment authentique sera celle qui saura aligner son manifeste avec ce qui est vécu au quotidien par ses salariés. Au delà d’un simple effet de mode, il s’agit d’un glissement nécessaire des méthodes de management. Ici la génération Z qui entre actuellement sur le marché du travail est très connectée et en quête de sens. Elle n’est pas dupe d’une marque employeur qui ne se traduirait pas dans les faits.
« Les individus ne quittent pas un travail, dit-on, ils se séparent d’un chef ». Ainsi, malheureusement, les managers ignorent ce qui motive réellement leurs collaborateurs. Ces motivations ne sont le plus souvent connues qu’au moment de l’entretien de départ du salarié démissionnaire.

« En créant des définitions de poste étroites, les entreprises en viennent à brider tout un pan des talents de leurs employés. Un manager intelligent s’emploiera à permettre aux membres de son équipe de faire usage de leurs points forts ».

Une plus grande diversité de collaborateurs

Une entreprise plus authentique aura également à coeur de s’assurer de la grande diversité de ses collaborateurs. C’est important car, « Inconsciemment, les recruteurs ont tendance à recruter des profils psychologiques et neurologiques similaires, même lorsque ceux-ci correspondent à des personnes d’origines diverses » Les méthodes de recrutement conventionnelles, basées essentiellement sur l’entretien de personnalité, écartent de nombreuses personnes qui pourraient pourtant contribuer à la richesse de l’entreprise .
Ainsi des études ont été menées sur la diversité au sein des entreprises. Il en ressort que la diversité des profils au sein des équipes est très important. De même « les extravertis ne sont de meilleurs managers que lorsque les employés sont censés obéir aux ordres, pas lorsqu’on attend qu’ils pensent par eux-mêmes ».

« Quoi qu’il en soit, la question de la diversité des profils s’accompagne de celle du management des équipes qu’ils forment. C’est une chose de viser la diversité, c’en est une autre de s’assurer que chacun s’insère dans l’entreprise et que les équipes communiquent correctement ».
L’intelligence artificielle va contribuer à libérer l’entreprise. Ainsi,« Contrairement aux scénarios catastrophe, qui laissent imaginer le remplacement de l’humain par la machine, ce processus d’automatisation intelligente débouche le plus souvent sur une revalorisation de l’humain au sein de l’entreprise ».

Une entreprise plus à l’écoute de ses clients

une entreprise à l'écoute de ses clientsPour montrer qu’elle est à l’écoute de ses clients, une entreprise doit leur montrer la valeur réelle que ces derniers peuvent tirer de ses produits. Cela va conduire à une plus grande personnalisation de la relation. Cela pourrait déboucher sur le retour d’une forme d’artisanat.

Une proposition de valeur d’usage au bénéfice des clients

Dans l’optique d’être plus authentique dans sa relation avec ses clients, l’entreprise doit «donner la priorité à des offres bien construites et au positionnement indiscutable – c’est-à-dire pour lesquelles la conception est d’abord et avant tout centrée sur une valeur d’usage optimale pour le client ou l’utilisateur ». C’est à ce prix que l’entreprise de défera de la défiance grandissante de ses clients.
Certains pionniers l’ont déjà compris et ont mis en place une stratégie d’inbound marketing.

« L’Inbound Marketing, passe notamment par la création de « contenu qui va attirer les lecteurs via les moteurs de recherches et les media sociaux, au lieu de faire du Outbound marketing, c’est-à-dire aller chercher le client via des outils publicitaires en poussant de l’information sur les produits et l’entreprise ».

« Avec des stratégies Inbound Marketing, vous allez obligatoirement capter des prospects « chauds », “tièdes” et « froids ». Il est impossible de tromper longtemps un prospect qui a aujourd’hui des sources d’informations très pointues et à jour sur ce qu’il souhaite acheter.

Il y a d’ailleurs un glissement de la vente de produits vers la vente de services. Ainsi« trois tendances font progressivement passer les organisations industrielles de la commercialisation d’un produit à la commercialisation d’une fonction. Et cette « fonctionnalisation » a des conséquences importantes en matière de business model, de management et de choix technologique ».

Vers un retour à l’artisanat ?

Cela peut sembler paradoxale mais aujourd’hui, la communication passe davantage par le bouche-à-oreille et le peer-to-peer. Ainsi la publicité de masse doit se transformer pour ne pas être totalement rejetée par les consommateurs en recherche d’authenticité. « L’entreprise post-moderne pourrait bien revenir à une logique artisanale, qui repose sur le sur-mesure et la personnalisation ». La logique de l’artisanat, gage d’authenticité, s’étend aujourd’hui bien au delà du secteur du luxe. Ce retour à une relation beaucoup plus personnalisée est maintenant possible grâce au progrès technologiques. Ainsi , « les données et les algorithmes ont habitué les utilisateurs des applications numériques à un service et des produits personnalisés et adaptés à leurs besoins ».

Nous l’avons vu, l’entreprise de demain réunit trois caractéristiques essentielles. Faire d’une entreprise, une organisation centrée sur l’humain, plus simple et plus authentique constitue un but à atteindre. Cela ne donne toutefois pas la méthode à suivre pour y arriver.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas de méthode miracle. En effet, «une méthode pose un autre problème : elle fait penser qu’il suffit de trouver la bonne méthode pour résoudre miraculeusement le problème de la transformation ». Cette vision met les collaborateurs de l’organisation en dehors de la transformation de leur entreprise. Cela permet aux salariés de dire, en cas d’échec de la transformation que « c’est la faute du management ».

C’est donc aux dirigeants de trouver leur méthode propre pour transformer leurs entreprises.

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *