Design thinking ou Lean Start-up : quand utiliser l’un et l’autre ?

Design thinking et Lean Startup font partie de la panoplie d’outils utilisés tous les jours par ceux qui sont en charge de l’innovation dans les start-up, entreprises et autres organisations.
Le but de ces outils est de structurer l’innovation et de réduire les risques liés à l’innovation.
Design thinking et Lean Startup sont des outils qui s’utilisent à des moments différents dans le développement de l’innovation. Vous devez apprendre à quel moment il est le plus opportun d’utiliser plutôt telle ou telle méthode ou quand en changer.

Présentation du Lean Startup en quelques mots

Brève présentation du Lean StartupLe Lean Startup est une méthode centrée sur le démarrage d’une activité économique et le lancement d’un produit. Cette méthode repose sur le vérification de la validité des concepts, l’expérimentation et une méthode agile.
L’approche repose sur la satisfaction d’un besoin d’un marché, ce avec le minimum d’investissement.
Le but est de réduire les cycles de lancement des produits, puis mesurer les progrès faits, mais surtout à obtenir des retours de la part des clients et utilisateurs. Le Lean Start-up est basé sur une boucle de rétroaction Build-Measure-Learn.
Cette approche a été initialement développé en 2008 par Eric Ries sur la base de la pensée lean dans des entreprises high-tech de la Silicon Valley. [Lire la suite]

15 biais cognitifs qui freinent votre innovation

Que ce soit une décision stratégique pour une entreprise ou une décision moins importante, elle peut être biaisée, malgré nous.

les biais cognitifs freinent votre innovationNos décisions sont influencées par quelques biais qu’il est important de comprendre pour minimiser le risque d’erreur. Un biais cognitif est une sorte de raccourci de pensée qui cause une déformation de votre jugement. Il n’est en effet pas possible de tenir compte de l’ensemble des informations disponibles pour prendre une décision cohérente.

On échange donc  de l’exactitude contre un effort cognitif réduit. Connaître ces biais cognitifs vous permettra de vous assurer que vos innovations seront pertinentes.

Avant de voir comment prendre de meilleurs décisions, il faut voir quels sont les biais cognitifs en relation avec l’innovation et comment les remettre en cause.

1. Mettez en évidence les biais cognitifs

La première étape est de mettre en évidence les biais cognitifs qui peuvent influencer vos décisions, notamment celles relatives à l’innovation.

Les moments clés où apparaissent les biais cognitifs

Durant le processus de prise de décision et d’innovation, il y a des moments plus critiques pendant lesquels, les biais sont plus nombreux :

  • pendant le recensement des innovations déjà intervenues sur votre marché : certaines sont écartées parce qu’elles sont vues comme n’étant pas innovantes, d’autres sont ignorées parce qu’elle ne sont pas vraiment sur votre marché ;
  • pendant les séances de brainstorming ;
  • lors des discussions en interne pour déterminer les fonctionnalités à développer, parce que ce sont les clients qui le veulent ;
  • au moment de la rédaction du storyboard lors de la phase de prototypage ;
  • au moment du choix des fonctionnalités à faire tester aux clients ;
  • quand vous décidez du business model de votre nouveau produit ou service ;

[Lire la suite]

Les corporate hackers : les transformateurs d’entreprise

Ils œuvrent dans l’ombre en transgressant allègrement les règles et les procédures que vous avez passé des heures à peaufiner. Devez-vous sévir contre ces salariés qui n’en font qu’à leur tête en ne respectant pas les règles imposées ni la stratégie élaborée ? Ces corporate hackers sont, en réalité, les vrais innovateurs de votre entreprise, ce qui forgent son futur, petit à petit sans votre permission.

Quel bénéfice peut tirer votre entreprise des corporate hackers ?

Faites confiance aux corporate hackersLes corporate hackers ne respectent peut-être pas les règles que vous, dirigeant, avez mis en place mais ils font pourtant beaucoup pour votre entreprise. Ce qui compte pour eux, c’est le résultat, pas la méthode.
On peut les voir comme des salariés pratiquant l’intrapreunariat mais, surtout, sans en référer à leur manager. Ce qui compte pour ces salariés est de remplir leur mission ou de mettre en place une autre mission plus intéressante, pour eux et au final pour l’entreprise.

Darwin aurait dit :

« Ce n’est pas le plus fort de l’espèce qui survit ni le plus intelligent. C’est celui qui sait s’adapter au changement »

Votre entreprise à tout intérêt à laisser ces adeptes du changement agir librement. Ces salariés qui donnent du sens à leur travail savent s’adapter et adapter votre entreprise au monde qui change rapidement.
Ces corporate hackers sont des innovateurs nés : ils trouvent des solutions dans leurs coins, perfectionnent ou inventent de nouveaux produits ou services.

Enfin, ces salariés connaissent votre entreprise et votre marché parce qu’ils sont déjà présents dans votre organisation. Ils ne demandent qu’à mettre leur vrai talent à votre service. [Lire la suite]