5 freins à l’innovation et comment les éviter

L’innovation c’est sympa, ça permet de faire les choses différemment ou de faire des choses nouvelles. Mais, tout le monde ne partage pas le même enthousiasme pour la nouveauté. Nombreux sont ceux qui préfèrent rester sagement à leur place et faire jour après jour la même chose. Le dialogue est difficile entre ces deux populations : ceux qui veulent en permanence changer et ceux qui, au contraire sont conservateurs. Les uns ne comprennent pas l’état d’esprit des autres.
Dès lors comment faire pour faire progresser l’entreprise et innover ?

Les tenants de l’innovation doivent comprendre les freins des conservateurs. Voici 5 explications à l’attitude de retrait ce certains collaborateurs vis-à-vis de l’innovation

Les collaborateurs doutent

5 freins à l'innovationLa France est le pays du doute cartésien. Pourquoi remettre en cause un produit ou un service qui fonctionne et qui est plébiscité par les clients ? On sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on va gagner. Voilà deux remarques simples qui remettent en cause toute velléité de changement. Il est facile de trouver un exemple de produit dont le propriétaire a changé la recette et dont les ventes se sont effondrées. Un exemple : New Coke qui fut un retentissant échec pour Coca-Cola.

Les collaborateurs ont peur du changement

Le changement peut stimuler beaucoup d’entre-nous. Pourtant, nombreux sont ceux, qui à l’inverse ont peur du changement. C’est même plutôt un réflexe naturel de se méfier de ce qui change. Changer signifie remettre en cause notre confiance en ce qui marche et cela engendre un stress normal. Innover c’est aussi prendre un risque et beaucoup de monde est avers au risque. Des études ont montré que la majorité des gens voient d’abord ce qu’ils perdent avant de voir ce qu’il vont, peut-être, gagner.

Ceux qui innovent sont une minorité qui sait repousser les limites de leur zone de confort et sont moins avers au risque. Ils voient la récompense avant de voir la perte.

Les managers se sentent menacés

Dans une organisation en mouvement qui est menacé ? Celui qui est en place et qui risque de perdre qui du pouvoir, qui de l’influence, qui son poste. Innover impose de remettre en cause la manière dont les choses sont faites. Il est logique que ceux sont en place se sentent menacés.
Cela peut être à raison mais également à tort. La résistance au changement sera d’autant plus forte que la menace sera prégnante.

Les collaborateurs pensent avant tout à l’échec

5 freins à l'innovationComme ils doutent, les réfractaires au changement pensent avant tout à l’échec, qu’il faut à tout prix éviter. Il est vrai que certains choix de l’entreprise peuvent être très coûteux en cas d’échec. Un investissement de plusieurs centaines de milliers d’euros en vain peut obérer la santé de l’entreprise.

Innover ce n’est pas se jeter du plongeoir de 10 mètres pour la première fois de sa vie. On commence par un plongeoir moins haut pour prendre confiance petit à petit. Dans le cadre d’une innovation, il faut bien entendu prendre en considération les doutes émis par les collaborateurs. Ces doutes sont peut-être bien fondés et profitables à l’entreprise.

Les collaborateurs ne pensent pas être créatifs

Être créatif permet d'innoverLa créativité est l’un des principaux moteurs de l’innovation. La créativité est rarement encouragée en France, que ce soit à l’école ou dans l’univers professionnel. À force de répéter que la créativité n’est pas une bonne chose et qu’il ne faut pas penser hors du cadre, les collaborateurs se sont persuadés qu’ils ne sont pas créatifs.

Pourtant, participer, dans le cadre d’un groupe de travail spécifique à un projet à des séances de brainstorming permet à des salariés de se rendre compte que, finalement, eux aussi peuvent faire preuve de créativité. Comme Tim Brown le souligne dans son livre Change by design, il faut bien accompagner le retour des salariés dans leur service, après la dissolution du groupe de travail. Avoir participé à un groupe de travail stimulant et retourner dans un service que l’on voit maintenant comme sclérosé à de quoi alimenter les rancoeur.

Ici, la solution est de faire évoluer l’ensemble de l’entreprise. Et ce n’est pas simple !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *