Les RH, acteurs incontournables de l’innovation

La fonction recherche et développement est habituellement la seule à se préoccuper d’innovation. Pourtant, la fonction RH a un rôle d’innovation à mener : celui de prendre en main l’innovation managériale.

Le rôle traditionnel des RH

tâches traditionnelles des RHLa gestion des tâches relatives à la responsabilité sociale/sociétale et maintenant le management des risques psychosociaux relève sans conteste des RH. Leur rôle est ici relativement balisé notamment par l’évolution de la réglementation sociale , avec par exemple, l’Accord National Interprofessionnel contre le stress, [pdf], l’obligation sur l’entretien professionnel tous les 2 ans. Les outils comme les indicateurs SMART sont également bien maîtrisés et les professionnels disposent de bases de connaissances utilisables en cas de doute.

Un nouveau rôle pour les ressources humaines

Les entreprises sont en pleine mutation et il est souvent difficile pour les dirigeants de savoir vers où aller. La gestion et le pilotage des évolutions pour ne pas parler de révolutions managériales devra naturellement être confiée aux ressources humaines. Ainsi, le nombre de tâches qui est dévolu à la fonction RH ne cesse d’augmenter.

Il y aura par ailleurs une grande différence entre l’innovation managériale et les tâches qui relèvent déjà des RH. En effet, si le rôle traditionnel des RH est bien balisé, les évolutions seront propres à chaque entreprise, voire à chaque établissement. Le référentiel bien structuré ne sera plus qu’un lointain souvenir.

Ainsi, dans le cadre de la remise en cause des pratiques managériales présentes il y aura très certainement, au départ, des frictions dues à des responsables et des managers de l’entreprise. […]

Quelle stratégie pour trouver votre océan bleu ?

Personne n’aime la concurrence, pas plus vous que moi. Pourtant ne pas avoir de concurrent signifie qu’il n’y a pas de marché solvable. Il est pourtant possible de trouver un marché solvable sans concurrent, bref un paradis pour entrepreneur. Le secret ? La stratégie Océan bleu, exposée par W. Chan Kim et Renée Mauborgne, chercheurs au Blue Ocean Strategy Institute à l’INSEAD.
Ces deux auteurs expliquent que les entreprises peuvent être en mesure de créer une nouvelle demande dans un espace encore vierge de toute concurrence ce qui peut lui assurer une forte croissance et des profits élevés. Cet espace vierge, les auteurs l’appellent Océan bleu par contraste avec l’Océan rouge.

D’un océan à l’autre

Deux océans co-existent : un rouge et un bleu. Voyons qu’elles sont les caractéristiques de ces deux océans différents, en commençant par le plus commun.

L’Océan rouge : l’océan de tous les dangers

L’Océan rouge, c’est l’espace déjà connu par tout le monde. Chacun connaît l’ensemble des acteurs existants : clients, fournisseurs, partenaires, concurrents. Les règles sur cet océan sont connues de tous. Le but des entreprises est ici de dépasser ses concurrents en leur prenant des parts de marché en tâchant de ne pas en perdre soi-même.
Ici, le marché est vu comme un espace fini : le camembert que se partagent les concurrents ne peut s’agrandir que très difficilement et une part de marché gagnée, l’est au détriment de quelqu’un d’autre.
La compétition entre les différentes entreprises concurrentes se traduit souvent pas une lutte sanglante, d’où la métaphore de l’Océan rouge. […]

Les 8 formes d’innovation

Les 8 formes d' innovationDans le cadre de ma pratique, j’ai remarqué que l’innovation prenait 8 formes principales.

J’ai choisi d’illustrer ma réflexion et mes propos en représentant ces différentes manières d’innover sous forme de rose des vents.

Comme vous le voyez certaines formes sont représentées à l’opposé des autres.

Explications.

Innovation incrémentale ou innovation de rupture

C’est la première opposition. Elle concerne la manière dont se réalise l’innovation. On entend par innovation incrémentale, l’amélioration continue des services vendus, de l’organisation, du business model. La micro-innovation fait partie de cette manière d’innover. Il n’y a pas de révolution dans le résultat recherché et trouvé. Dans ce cadre, vous vous appuyez sur l’existant pour l’améliorer. […]

Qui doit avoir des idées innovantes ? L’entreprise ou son client ?

Les clients n’ont pas d’idées innovantes. C’est le titre d’un article très intéressant et critique sur la co-construction de nouveaux produits.

Je partage une partie de l’analyse : oui, malheureusement les clients ne sont pas toujours ceux qui ont les meilleurs idées.

Je ne vais pas reprendre les deux exemples développés dans l’article mais force est de constater que la démarche suivie par les deux entreprises citées n’est pas la bonne. La co-construction de nouveaux produits en faisant appel à ses clients est de plus en plus développée.

Les clients ont des idées innovantes

Il y a en matière d’innovation deux manière de voir les choses. La première, la plus simple : solliciter les avis de ses clients, sous forme de boîte de suggestion dans les lieux de vente ou directement en ligne. La seconde manière est d’observer ses clients utiliser ses produits et services. […]