15 biais cognitifs qui freinent votre innovation

Que ce soit une décision stratégique pour une entreprise ou une décision moins importante, elle peut être biaisée, malgré nous.

les biais cognitifs freinent votre innovationNos décisions sont influencées par quelques biais qu’il est important de comprendre pour minimiser le risque d’erreur. Un biais cognitif est une sorte de raccourci de pensée qui cause une déformation de votre jugement. Il n’est en effet pas possible de tenir compte de l’ensemble des informations disponibles pour prendre une décision cohérente.

On échange donc  de l’exactitude contre un effort cognitif réduit. Connaître ces biais cognitifs vous permettra de vous assurer que vos innovations seront pertinentes.

Avant de voir comment prendre de meilleurs décisions, il faut voir quels sont les biais cognitifs en relation avec l’innovation et comment les remettre en cause.

1. Mettez en évidence les biais cognitifs

La première étape est de mettre en évidence les biais cognitifs qui peuvent influencer vos décisions, notamment celles relatives à l’innovation.

Les moments clés où apparaissent les biais cognitifs

Durant le processus de prise de décision et d’innovation, il y a des moments plus critiques pendant lesquels, les biais sont plus nombreux :

  • pendant le recensement des innovations déjà intervenues sur votre marché : certaines sont écartées parce qu’elles sont vues comme n’étant pas innovantes, d’autres sont ignorées parce qu’elle ne sont pas vraiment sur votre marché ;
  • pendant les séances de brainstorming ;
  • lors des discussions en interne pour déterminer les fonctionnalités à développer, parce que ce sont les clients qui le veulent ;
  • au moment de la rédaction du storyboard lors de la phase de prototypage ;
  • au moment du choix des fonctionnalités à faire tester aux clients ;
  • quand vous décidez du business model de votre nouveau produit ou service ;

[Lire la suite]

Les outils de design thinking : la carte des parties prenantes

Parmi les différents outils que l’on peut utiliser dans le cadre d’un projet dans lequel le Design thinking est utilisé, il y a la carte des parties prenantes.

Qu’est-ce qu’une carte des parties prenantes ?

La carte des  parties prenantes est une représentation physique ou, le plus souvent visuelle des différents groupes qui interagiront dans le cadre du projet. Il s’agit de représenter notamment les salariés des différents services impliqués, les clients, les partenaires de l’entreprise, notamment les fournisseurs. De manière plus générale l’ensemble des intervenants qui interagiront dans la gestion de projet doivent être représentés. [Lire la suite]

5 obstacles au Design thinking

Ça y est, vous êtes prêt à lancer un atelier de Design thinking pour lancer ou améliorer l’un de vos produit ou service ? C’est bien mais prenez garde aux obstacles ! J’en ai identifié 5. Passons-les en revue et voyons les antidotes.

Zapper l’observation

L'observation est importante pour le Design thinkingIl peut être tentant pour les participants à un atelier de Design thinking de se passer de la phase d’observation des clients et des utilisateurs de leurs produits et services. Il savent : ils ont élaboré les produits, interrogé des clients au moment de la conception du produit. Combien de temps cela fait-il ? Il y a déjà, ouh là, bien 10 ans ! Ils ont en plus les retours clients fournis par le SAV et les enquêtes satisfactions lancées quand ils ont le temps.

Le risque à ne pas observer :

  • la conception du produit date d’il y a quelques années : les clients ont peut-être changé d’avis sur le produit et l’utilise différemment ;
  • les retours clients fait via le SAV ne sont que parcellaires. En effet, les clients qui se manifestent sont très minoritaires mais ils en parlent à leur entourage, ce qui participe à une mauvaise image de marque ;
  • les enquêtes satisfactions contiennent le plus souvent des questions à choix multiples et des questions orientées. Ce type de questionnaire ne permet pas à l’interlocuteur de s’exprimer librement et de livrer pleinement son opinion.

[Lire la suite]