Livre blanc sur le Design thinking pour innover plus vite

Vous êtes intéressé par l’innovation et vous cherchez comment innover plus rapidement ? Découvrez dans ce livre blanc la méthode du Design thinking et comment en tirer profit dans le cadre de votre stratégie d’innovation. Le Design thinking permet d’innover dans de nombreux domaines, tant techniques que managériaux. Vous découvrirez dans ce livre blanc de plus Read more about Livre blanc sur le Design thinking pour innover plus vite[…]

Les 3 conditions pour mettre en oeuvre le Design thinking

Le Design thinking est une démarche qui vise à faciliter l’innovation au sein des entreprises et des organisations. Cette démarche en 5 étapes requiert des conditions pour assurer son succès. Ces conditions de succès du Design thinking sont au nombre de trois. Petit tour d’horizon :

1. L’engagement du dirigeant

L’engagement du dirigeant d’entreprise est un impératif dans une telle stratégie : cet engagement doit être total. Pourquoi ? Simplement parce que l’innovation qu’induit le Design thinking peut occasionner des ruptures dans les habitudes de l’organisation. Cela remet en cause un ordre établi et le confort de beaucoup. Si le dirigeant ne soutient pas totalement la démarche d’innovation, elle peut donc être un échec.
Le dirigeant doit également autoriser au sein de son organisation un certain flottement, des zones d’incertitude et surtout le droit de se tromper et d’échouer. À défaut, la démarche d’innovation est vaine : l’innovation repose en grande partie sur les imperfections présentes dans les entreprises. L’innovation bouscule les habitudes des équipes et peut-être perçue comme une menace pour les salariés et l’éco-système de l’entreprise. Il est donc assez logique que ceux qui apportent le changement soient vus comme une menace et que des résistances se créent.
Le dirigeant doit donc promouvoir une culture d’entreprise encourageant la créativité et laisser une certaine liberté à ses salariés de faire comme ils le souhaitent. Le dirigeant doit se comporter davantage comme un mentor que comme un surveillant. […]

La solution pour trouver de bonnes idées ? Persister !

Vous pensez qu’il est facile de trouver de bonnes idées et que votre première idée est toujours la meilleure ? Erreur ! Je vais vous montrer que persister vous apportera de bien meilleures idées.

Trouver un réservoir de bonnes idées

Comment trouver de bonnes idéesPersistez une heure ou deux et vous verrez que beaucoup d’autres bonnes idées s’imposeront à vous. C’est ainsi après un tel délai que les solutions qu’on ne lit pas dans les manuels arrivent.

Gardez le cap et allez jusqu’au bout de vos différentes idées.
Quand le silence s’installe lors d’une séance de brainstorming, ne vous en faites pas, c’est tout à fait normal. Ce n’est pas parce que les participants ne s’expriment plus que le processus créatif est interrompu.
En effet, les premières idées produites sont les plus simples, les plus évidentes et utilisées à maintes reprises par d’autres. Bref, elles ne sont pas intéressantes. […]

5 obstacles au Design thinking

Ça y est, vous êtes prêt à lancer un atelier de Design thinking pour lancer ou améliorer l’un de vos produit ou service ? C’est bien mais prenez garde aux obstacles ! J’en ai identifié 5. Passons-les en revue et voyons les antidotes.

Zapper l’observation

L'observation est importante pour le Design thinkingIl peut être tentant pour les participants à un atelier de Design thinking de se passer de la phase d’observation des clients et des utilisateurs de leurs produits et services. Il savent : ils ont élaboré les produits, interrogé des clients au moment de la conception du produit. Combien de temps cela fait-il ? Il y a déjà, ouh là, bien 10 ans ! Ils ont en plus les retours clients fournis par le SAV et les enquêtes satisfactions lancées quand ils ont le temps.

Le risque à ne pas observer :

  • la conception du produit date d’il y a quelques années : les clients ont peut-être changé d’avis sur le produit et l’utilise différemment ;
  • les retours clients fait via le SAV ne sont que parcellaires. En effet, les clients qui se manifestent sont très minoritaires mais ils en parlent à leur entourage, ce qui participe à une mauvaise image de marque ;
  • les enquêtes satisfactions contiennent le plus souvent des questions à choix multiples et des questions orientées. Ce type de questionnaire ne permet pas à l’interlocuteur de s’exprimer librement et de livrer pleinement son opinion.

[…]