Les corporate hackers : les transformateurs d’entreprise

Ils œuvrent dans l’ombre en transgressant allègrement les règles et les procédures que vous avez passé des heures à peaufiner. Devez-vous sévir contre ces salariés qui n’en font qu’à leur tête en ne respectant pas les règles imposées ni la stratégie élaborée ? Ces corporate hackers sont, en réalité, les vrais innovateurs de votre entreprise, ce qui forgent son futur, petit à petit sans votre permission.

Quel bénéfice peut tirer votre entreprise des corporate hackers ?

Faites confiance aux corporate hackersLes corporate hackers ne respectent peut-être pas les règles que vous, dirigeant, avez mis en place mais ils font pourtant beaucoup pour votre entreprise. Ce qui compte pour eux, c’est le résultat, pas la méthode.
On peut les voir comme des salariés pratiquant l’intrapreunariat mais, surtout, sans en référer à leur manager. Ce qui compte pour ces salariés est de remplir leur mission ou de mettre en place une autre mission plus intéressante, pour eux et au final pour l’entreprise.

Darwin aurait dit :

« Ce n’est pas le plus fort de l’espèce qui survit ni le plus intelligent. C’est celui qui sait s’adapter au changement »

Votre entreprise à tout intérêt à laisser ces adeptes du changement agir librement. Ces salariés qui donnent du sens à leur travail savent s’adapter et adapter votre entreprise au monde qui change rapidement.
Ces corporate hackers sont des innovateurs nés : ils trouvent des solutions dans leurs coins, perfectionnent ou inventent de nouveaux produits ou services.

Enfin, ces salariés connaissent votre entreprise et votre marché parce qu’ils sont déjà présents dans votre organisation. Ils ne demandent qu’à mettre leur vrai talent à votre service.

Comment reconnaitre ces corporate hackers ?

Ce ne sont pas les salariés en charge du growth hacking. Leur seul point commun est leur manière d’aborder les choses : de manière détournée.

Comme tout pirate qui se respecte, le corporate hacker avance masqué. Il préfère l’anonymat à la lumière pour faire avancer ses idées. Il pourrait faire passer son idée par un moyen détourné : en parler à quelqu’un qui à l’oreille du patron : sa secrétaire par exemple.
Comment reconnaître les corporate hackers ?Un corporate hacker sait aussi prendre des risques tout en les assumant. Son manager sera probablement le dernier au courant des initiatives de son subordonné. En effet, le manager peut être vu comme un frein dans le projet du corporate hacker. Ce salarié pourra sans problème court-circuiter son manager s’il estime que ce dernier risque de le freiner.

Avec un peu d’habitude, ces salariés sont reconnaissables à leur attitude. Les corporate hackers sont pragmatiques, volontaires et enthousiastes, s’ils sont en confiance.
Ces salariés sont avides de changement : ce sont les premiers à tester les réseaux d’entreprise. Ils seront également les premiers à s’en éloigner si la finalité de ces réseaux est détournée ou s’ils n’y trouvent pas leur compte.

Comment favoriser l’émergence du corporate hacking dans votre entreprise ?

Vous avez les ressources interne pour faire du corporate hacking et vous pouvez en tirer un grand bénéfice pour votre entreprise.

Comment mettre en œuvre cette pratique qui va vous permettre d’innover plus vite et distancer vos concurrents ? Bonne nouvelle, ça ne vous coûtera pas une fortune. En revanche, comme c’est avant tout une question de culture d’entreprise, c’est un état d’esprit à mettre en œuvre et peu de vos salariés vont se sentir concerné, dans un premier temps du moins.
La première étape est de rester bienveillant avec ces salariés qui veulent faire bouger les choses dans le bon sens.
Vous devez ensuite autoriser l’expérimentation pour tous. Dans un premier temps seuls les plus motivés se lanceront. Corollaire du droit à l’expérimentation, le droit à l’échec. En effet, quoi de mieux pour rassurer quelqu’un qui essaie que de lui dire qu’il peut se tromper.

Des exemples de corporate hacking

Voici quelques exemples pour vous inspirer :

  • Faites rédiger un rapport d’étonnement à vos nouveaux salariés et vos stagiaires. Demandez-leur ce que les surprend dans la manière de faire les choses. Ils sont un œil neuf et ne sont pas encore formatés par votre manière de faire. Le coût : le temps mis à rédigé le rapport, c’est à dire quasi-rien ;
    Inspirez-vous des conclusions de ces rapports !
  • Croisez les foncions : les commerciaux chez les comptables et inversement… Regardez ce qui se passe car même si ces fonctions ont des modes de fonctionnement totalement différents, il est très probable qu’au cours des discussions entre eux émergent des idées d’amélioration de process ou de produits : coût : quasi-nul ;
  • Laissez les salariés se rendre à des conférences dans leurs domaines mais également sur des sujets connexes. Faites de même pour les associations professionnels. Il s’agit là de sources inestimables d’inspiration. Le coût : limité aux frais d’inscription aux associations et ou aux conférences.
    Inspirez-vous des conclusions des conférences ou des rencontres faites ;
  • Laissez vos salariés mettre en place des ateliers de Design thinking impliquant vos clients pour mieux les comprendre.

Et vous, avez-vous des exemples de corporate hacking ayant fait changer les choses ? Discutons-en !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *